Institutions et incertitudes

La séance du séminaire du jeudi 14 novembre (17h – 19h) porte sur le thème :

“Instituer des institutions : réduire des incertitudes ?”

Lieu : Fondation Maison des sciences de l’homme, 190 avenue de France, 75013 Paris, salle 2, au rez-de-chaussée.

Le thème de cette séance sera exposé par Michèle Leclerc-Olive.

Voir la page du séminaire sur le site de l’EHESS.

De la morale au questionnement démocratique

La séance du séminaire du jeudi 27 juin (17h – 19h) porte sur le thème :

“ Finance : de l’éthique de surplomb à la démocratie technique”

Lieu : Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C13, au 1er étage du bâtiment C.

Présentation

Les débats éthiques actuels sur la défaillance de la finance et sur la nécessité de la refondation d’une finance « davantage éthique » sont marqués du sceau du positivisme, une philosophie de la science qui permet aux scientifiques de ne pas être responsables de leurs modèles. La raison en est que, du point de vue positiviste, la science est éthiquement neutre : dans une épistémologie positiviste, les équipements scientifiques (modèles, instruments, techniques, etc.) ne sont pas chargés de contenus éthiques. La position épistémologique positiviste fait reposer sur le seul usage de l’outil scientifique sa qualification ou disqualification éthique selon que cet usage se conforme ou non à des valeurs estimées « bonnes ». Ces valeurs tombent du ciel, par exemple le ciel religieux, le ciel humaniste, etc. D’où une éthique qu’on qualifie d’éthique de surplomb : de haut en bas. Puisque les « valeurs»  doivent venir conformer les comportements des acteurs dans le sens d’une visée bonne, le positivisme fait ainsi porter aux utilisateurs les impacts sociétaux des modélisations (ici les modèles financiers) : seuls les mauvais usages des modèles seraient à l’origine de conséquences négatives pour la société. Pour le positivisme, l’éthique et la finance sont deux disciplines pensées selon un rapport d’extériorité.

L’approche « socio-logique»  de la modélisation (écrit en deux mots selon le jeu de mots issu de la traduction française de l’ouvrage (1976, trad. fr. 1983) de David Bloor, Socio-logie de la logique ou les limites de l’épistémologie) indique précisément le contraire : la technoscience (ici la modélisation financière) construit un monde dans lequel les formules mathématiques ont des conséquences sociétales importantes. Aussi, du point de vue des enjeux sociétaux, l’analyse socio-logique de la théorie financière fait apparaître les limites de l’approche éthique de surplomb. La technologie issue de la théorie financière résiste aux valeurs avec lesquelles on cherche à modifier les comportements des professionnels. Peut-être même contient-elle d’autres valeurs qui seraient contraires aux valeurs de surplomb. Une épistémologie non positiviste complétée par une sociologie des sciences peut dépasser l’approche qui juxtapose éthique et finance dans une relation de face à face. La performativité des modèles financiers (dans le sens vu au cours du séminaire) doit donc conduire à examiner les aspects académiques des modèles (outils cognitifs, lois, etc.), mais aussi technologiques, sociaux (dispositifs de mesure, régulation, institutions) et politiques.

L’abandon du positivisme a une conséquence pratique directe pour la société : la réappropriation de problématiques techniques par le débat public. Or aujourd’hui, que constate-t-on ? Alors que des technologies font l’objet d’examens critiques (OGM, thérapies géniques, etc.), les hypothèses de modélisation de la finance mathématique sont en général évacuées des débats publics. Pourtant, les objets techniques (ici les formules mathématiques de la finance) « ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs d’organisation des relations des hommes entre eux et avec leur environnement » (Akrich, 1987). C’est la raison pour laquelle la déontologie et les valeurs de surplomb ne sont pas suffisantes pour pouvoir débattre des enjeux de la finance aujourd’hui : l’éthique financière doit prendre en compte la scénarisation du monde par des formules qui le changent (voir séance du 16 mai : ici), c’est-à-dire la dimension politique des modèles mathématiques de la technologie financière. C’est le « tournant performatif » de l’éthique de la finance (Walter, 2012). D’où l’importance de pouvoir débattre publiquement de ces théories (Leclerc-Olive, 2010) dans une démocratie technique (Barthe, Callon et Lascoumes, 2001).

 

Références

Madeleine Akrich, « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et cultures, vol. 9, 1987, p. 49-64.

Yannick Barthe, Michel Callon et Pierre Lascoumes, Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001.

Michèle Leclerc-Olive, La crise financière a-t-elle quelque chose à dire aux sciences sociales ? De l’expertise à l’espace public : propositions pour une enquête partagée, document de travail, EHESS, 2010. Disponible sur le site de la Chaire Ethique et Finance ici.

Christian Walter, « Ethique et finance : le tournant performatif », Transversalités, 124, oct-déc, p. 29-42. Disponible sur CAIRN ici.

 

Les marchés font-ils la loi ?

En prolongement de la journée d’étude du 5 décembre 2012 “Ethique de la régulation financière : La directive MIF et la théorie de l’efficience des marchés financiers”, l’Institut d’administration des entreprises (IAE) et le Centre de recherche Philosophies contemporaines (PhiCo, EA 3562) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en collaboration avec la Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris (ICP) et la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) organisent une conférence débat le lundi 27 mai 2013, de 18h à 20h sur le thème « Les marchés font-ils la loi ? »

Lieu : IAE, 21 rue Broca, 75005 Paris. Salle du Conseil au 7ème étage. Entrée libre dans la limite des places disponibles. : inscription obligatoire à l’adresse masterfin.iae@univ-paris1.fr

 

PROGRAMME

Accueil : 18h

Hélène Rainelli, professeur de finance, IAE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Christian Walter, professeur associé, IAE et PhiCo, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de la Chaire Ethique Finance de l’Institut Catholique de Paris

Table ronde (18h30 – 20h).

Pierre de Lauzun, Délégué général de l’Association française des marchés financiers (AMAFI)

Philippe Tibi, Président de l’Association française des marchés financiers (AMAFI)

Emmanuel Picavet, Professeur de philosophie, PhiCo Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

Pour en savoir plus :

L’ouvrage de Pierre de Lauzun et Philippe Tibi : Les marchés font-ils la loi ?, Eyrolles, Revue Banque, 2012.

L’ouvrage de Jean de Maillard, Le marché fait sa loi, Éditions Mille et une nuits, 2001.

L’ouvrage d’Emmanuel Picavet, La revendication des droits. Une étude de l’équilibre des raisons dans le libéralisme, Classiques Garnier, 2011.

Au-delà du cygne noir : des formules qui changent le monde

 

La séance du séminaire du jeudi 16 mai (17h – 19h) porte sur le thème :

“ Au-delà du cygne noir : des formules qui changent le monde”

Lieu : Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C15, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenant : Elie Ayache, président fondateur de la société Itô 33 et auteur de l’ouvrage :

The blank swan. The end of probability

blankswan

La couverture de l’ouvrage d’Élie Ayache nous suggère que c’est l’écriture (ici, une écriture de modèles mathématiques comme par exemple le modèle d’options de Black, Scholes et Merton) qui produit des « cygnes » (blancs ou noirs) en scénarisant l’environnement professionnel par des scripts techniques qui définissent des rôles aux « acteurs » (dans le double sens sociologique et théâtral) que sont les professionnels des marchés. Les cygnes noirs n’ont pas d’existence exogène : ainsi l’approche probabiliste – qui se fonde sur cette exogénéité – porte à vide (blank). L’écriture d’un signe (un cygne) par un script signifie donc la fin de l’usage des probabilités puisque les acteurs (dans le double sens sociologique et théâtral) participent aux « probabilités » qu’ils croient mesurer. Les « cygnes » apparaissent comme des signes de la scénarisation opérée par les formules mathématiques sur les opérateurs de marché. Le marché ne peut plus être pensé en dehors des opérateurs qui le constituent : en cela, les formules mathématiques changent le monde professionnel.

Comme toute analyse d’écriture, il importe ensuite d’étudier comment cette scénarisation se traduit dans les pratiques professionnelles, quelles sont ses différentes traductions selon les acteurs et leur réseau relationnel. Cette étude est l’objet de la sociologie de la traduction.

Christian Walter

Sociologie de la traduction, éthique et politique

Dans un article fondateur publié en 1986 dans L’Année sociologique et intitulé « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », Michel Callon forge la notion de « sociologie de la traduction » : un « mécanisme par lequel un monde social et naturel se met progressivement en forme et se stabilise pour aboutir, si elle réussit, à une situation dans laquelle certaines entités arrachent à d’autres, quelles mettent en forme, des aveux qui demeurent vrais aussi longtemps qu’ils demeurent incontestés ».  Les textes principaux issus de courant de recherche ont récemment fait l’objet d’une réédition (ici).

L’un des aspects important de cette nouvelle sociologie des sciences est de faire apparaître comment les objets techniques scénarisent leur environnement et définissent des rôles aux « acteurs » qui les utilisent. Ainsi, les objets techniques, comme les formules mathématiques de la finance, changent le monde. Les travaux de Madeleine Akrich (Centre de sociologie de l’École des Mines de Paris) sont relatifs à l’étude de ce changement et cherchent à examiner les scripts contenus dans les objets techniques.

Du point de vue éthique, l’élément décisif de cette approche est de quitter le positivisme qui permet aux scientifiques de ne pas être responsables de leurs modèles. Les objets techniques (ici les formules mathématiques de la finance) « ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs d’organisation des relations des hommes entre eux et avec leur environnement. » (Akrich, 1987, « Comment décrire les objets techniques ? », disponible sur HALSHS). C’est la raison pour laquelle la déontologie et les valeurs de surplomb ne sont pas suffisantes pour pouvoir débattre des enjeux de la finance aujourd’hui : l’éthique financière doit prendre en compte la scénarisation du monde par des formules qui le changent, c’est-à-dire la dimension politique des modèles mathématiques de la technologie financière. C’est le « tournant performatif » de l’éthique de la finance (Walter, 2012, disponible sur CAIRN ici).

Autour du thème

L’ouvrage de Elie Ayache : The blank swan. The end of probability,Wiley, 2010.

Théorie du cygne noir

L’ouvrage de Nassim Taleb sur la théorie du cygne noir (Wikipedia) : The Black Swan: The Impact of the Highly Improbable, New York, Random House, 2007.

Une critique du film Black Swan de Darren Aronofski (2010) dans la perspective du cygne noir.

Les enjeux politiques des choix techniques

L’ouvrage de Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe : Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil (collection « La couleur des idées »), 2001. Une analyse disponible dans Persée (ici).

L’ouvrage de Dominique Pestre : A contre-science. Politiques et savoirs des sociétés contemporaines, Paris, Le Seuil (collection « La couleur des idées »), 2012. Un commentaire dans Le Monde diplomatique (ici) et une interview sur France Culture (ici).

 

Gouvernance économique et production de vérité

La séance du séminaire du jeudi 25 avril (17h – 19h) porte sur le thème :

“ Gouvernance économique et production de vérité : la solution de Lucas (1972) et le renouvellement de la pensée libérale”

Lieu : Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C15, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenant : Yaël Dosquet, docteur EHESS.

 

Résumé de la thèse de Yaël Dosquet :

 

La gouvernementalité de la nouvelle économie classique

La macroéconomie keynésienne s’est refondue dans la théorie néoclassique. En 1972, Robert Lucas initie en fait la recomposition d’une macroéconomie proprement néoclassique avec l’apport d’une théorie des cycles à l’équilibre d’anticipations rationnelles. Si cet évènement épistémologique est largement reconnu, pourtant aucune épistémologie ne l’explique de manière satisfaisante. Ainsi le propos de cette thèse vise à montrer une composition cohérente du problème du succès épistémologique interne et externe de cette théorie. Elle résulte d’une approche bivalente, d’une part à l’aune de la stratégie théorique mobilisée : l’escalade sémantique (Quine), et d’autre part, resituée dans la généalogie d’un problème silencieusement constitutif de l’économie politique comme discipline : le problème de la gouvernementalité (Foucault), qui pose la question de savoir comment, à travers l’histoire, les hommes se gouvernent par la production de vérité. C’est que dans les années 70 la pratique gouvernementale était alors manifestement en crise, et le modèle de Lucas fut le seul à proposer une solution fiable à ce problème. Ainsi cette nouvelle économie classique, qui forge le renouvellement de la pensée libérale, opère une escalade sémantique de l’économie politique dans trois perspectives constitutives du problème du gouvernement par la vérité : par un réaménagement du processus de subjectivation, par une recomposition du régime standard de formalisation, et par une mise en abîme stratégique du diagramme d’exercice du pouvoir. Ce renouvellement analytique du problème du gouvernement par la production de vérité peut, en bref, être qualifié de révolution cognitive de l’économie politique.

 

Le débat sur l’usure au tournant du XVIIIe siècle (1660-1702)

La séance du séminaire du lundi 4 février (17h – 19h) porte sur le thème :

“ Un moment du débat sur l’usure : Louis XIV et la question des rentes viagères”

Lieu : Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C14, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenant : Pierre-Charles Pradier, Department of Economics, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne & associate director, Ecole Nationale d’Assurances (CNAM / M&S / EFAB).

 

Résumé de l’intervention :

 

Les rentes viagères du Grand Roi : de la condamnation de l’usure au désir de contribuer à la satisfaction des rentiers

Le règne personnel de Louis XIV s’ouvre par un édit vitupérant « ceux qui, s’étant dépouillés de tout sentiment d’affection pour leurs parens et familles, ne considérant que leur satisfaction particulière, et ne cherchant que les aises et les commodités de la vie » aliènent leur héritage à fonds perdu pour se constituer des rentes viagères usuraires. Trente ans plus tard, le monarque « désirant contribuer à leur satisfaction, & leur faciliter le moyen d’employer utilement leur deniers, & de se procurer un revenu seur & considérable le reste de leur vie » engage l’Etat dans l’émission d’emprunts viagers. Les historiens économistes se sont interrogés depuis longtemps sur la conversion de la monarchie, qui empruntait jusqu’aux années 1700 en rentes perpétuelles, à l’émission d’emprunts contingents ruineux : l’importance financière du phénomène apparaît au cours du siècle des Lumières et semble entraîner la monarchie vers l’abîme.

Ce basculement n’aurait pas été possible sans un travail idéologique entièrement mené sous le règne du soleil se « mouvans, de [sa] certaine science, pleine puissance & autorité Royale. » La lecture des édits sur les rentes de 1661 à 1702 et de quelques arrêts significatifs du Parlement montre la maturation d’une pensée qui accepte progressivement le dépassement du taux de l’usure puis la dépréciation du capital des familles : une espèce de révolution financière qui n’est pas sans rappeler la conversion des années Mitterrand. Il ne faudrait cependant pas prendre pour argent comptant ces textes qui visent à « faire croire ». En complétant ces déclarations par ce qu’on tient pour sûr des travaux de Katia Béguin [2012a] sur les rentes sur l’Hôtel-de-Ville de Paris et sur les rentes viagères de l’Hôtel-Dieu (Pradier [2011]), on est tenté de penser que les dérogations aux lois sur l’usure si libéralement accordées ne mettent pas seulement l’âme du monarque à prix d’or : elles visent aussi l’achat d’une paix intérieure en laissant les corps intermédiaires gérer la dette de long terme (Béguin [2012b]) afin de préserver l’ordre perpétuel des rentes.

Bibliographie

Béguin Katia [2012a], Financer la guerre au XVIIe siècle. La dette publique et les rentiers de l’absolutisme, Champ Vallon, 2012.

Béguin Katia [2012b], « Les rentes des États de Bourgogne à l’époque moderne. Les fondements politiques et sociaux de la crédibilité d‘un instrument financier commun », à paraître, Annales de Bourgogne.

Pradier Pierre-Charles [2011], « Les bénéfices terrestres de la charité : Les rentes viagères des hôpitaux parisiens 1660-1690 », Histoire & Mesure, 2011, XXVI-2, p. 31-76.

La responsabilité sociétale des agences de notation

La séance du séminaire du jeudi 13 décembre (17h – 19h) porte sur le thème suivant:

“ La responsabilité sociétale des agences de notation”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C14, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenant: Norbert Gaillard, économiste, consultant indépendant et docteur en économie. Sa thèse, rédigée à Sciences Po Paris et à l’université de Princeton, portait sur les méthodologies de notation souveraine. Il a été consultant pour l’International Finance Corporation (IFC), l’État de Sonora (Mexique), l’OCDE et l’est actuellement pour la Banque mondiale. Il est également l’auteur de deux ouvrages: Les agences de notation (La Découverte, 2010) et  A Century of Sovereign Ratings (Springer, 2011).

Pour vous inscrire, cliquer ici.

Quelques informations complémentaires sur le même thème:

Interview de Norbert Gaillard sur jolpress.com: cliquer ici.

Interview de Norbert Gaillard sur France 24: cliquer ici.

Débat sur les agences de notation avec Norbert Gaillard sur France Inter: ici.

 

Ethique de la régulation financière : la directive MIF en question

 

Journée d’étude « Ethique de la régulation financière : La directive MIF et la théorie de l’efficience des marchés financiers » organisée par la Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris (ICP), l’Institut d’administration des entreprises (IAE), le Centre de recherche Philosophies contemporaines (EA 3562) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) le mercredi 5 décembre 2012, 9h30 – 16h.

Lieu : IAE, 21 rue Broca, 75005 Paris. Salle du Conseil au 7ème étage. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

 

PROBLEMATIQUE

La directive européenne sur les marchés d’instruments financiers, ou MIFID (MIF en langue française) régit les services d’investissement dans le domaine des instruments financiers ainsi que le fonctionnement des bourses traditionnelles et des plateformes de négociation. L’objectif de la directive MIF est de promouvoir de nouvelles règles pour rendre les marchés financiers européens « plus efficients, plus résilients et plus transparents » (communiqué de presse réf. IP/11/1219 du 20/10/2011). Le but du colloque est de mettre en débat cette directive depuis la théorie des marchés efficients qui la sous-tend. Il s’agira d’étudier la normativité de la MIF et la performativité de la théorie financière qui la sous-tend.

Nous visons un double objectif. D’abord, à l’heure où le destin de la construction européenne et de la puissance publique dans les Etats européens semble plus que jamais lié au fonctionnement de l’économie financiarisée (et en partie globalisée) qui sous-tend l’activité des hommes et des femmes, il importe de comprendre dans quel processus s’inscrit la deuxième directive MIF, qui doit s’appliquer à partir du début de 2013. Est-ce un processus dans lequel les erreurs du passé et les problèmes rencontrés trouvent des solutions, ou sont mis en perspective d’une manière nouvelle ? Pour le savoir, il sera nécessaire de situer la nouvelle directive par rapport au fonctionnement des marchés (pratiques habituelles, formes de l’organisation, problèmes rencontrés, critiques). Il sera nécessaire également de chercher à comprendre son référentiel éthique, prudentiel et politique, s’agissant en particulier des notions de transparence, d’efficacité, de sécurité.

Un second objectif, important pour nous, est de progresser dans la compréhension des rapports entre théories, croyances et pratiques. Deux écoles de pensée se sont opposées dans l’élaboration de la directive MIF : promouvoir la plus grande liberté possible pour les intermédiaires financiers, ou bien chercher à assurer la qualité de la formation des prix pour que les négociations aient lieu sur des plateformes adéquates. Mais dans les deux cas, il s’est agi d’organiser les marchés dans le sens d’un rapprochement encore plus étroit avec la notion théorique d’efficience. Il est admis que cette proximité avec la théorie permet aux marchés d’être au service de l’économie réelle. L’objectif du régulateur est de concrétiser une notion abstraite à travers un ensemble de normes financières réglementaires. Un des enjeux de ce colloque sera d’étudier comment une représentation scientifique se diffuse auprès des acteurs professionnels et d’analyser quelles en sont les conséquences pour les marchés financiers. Rares sont les domaines où la décision humaine est à ce point guidée par des indicateurs, des méthodes et des logiciels qui portent la marque de théories spécifiques. Par là, ces théories acquièrent une forme de performativité : ce qu’elles décrivent du réel se trouvent affecté par les relais qu’elles trouvent dans les prévisions et les formes de compréhension que développent les agents qui s’appuient sur elles.

A cet égard, il importe particulièrement d’interroger la doctrine contemporaine de l’efficience des marchés et d’interroger son influence sur la manière dont on conçoit l’organisation et la régulation des marchés financiers. La deuxième directive MIF constitue à cet égard un point de référence important, propre à susciter des questions de fond sur la manière dont l’action collective et l’initiative publique dépendent de nos représentations théoriques au sujet du monde social, de la nature du hasard et du risque, du degré d’autonomie de la sphère des transactions économiques. Une réflexion plus large se trouvera dès lors engagée, à propos du rôle des théories dans la légitimation de la réglementation que met en place la puissance publique.

 

PROGRAMME

Accueil : 9h

Première session  (9h30 – 11h). La MIF en question

H. Rainelli (IAE) : Quelles sont les questions posées par MIF1 ? Les réponses de MIF2 sont-elles adéquates ?

A. Félix (Clifford Chance) : MIF2 : un régime de transparence renouvelé ?

C. Walter : L’efficacité informationnelle des marchés : une convention stochastique ?

Deuxième session (11h30 – 13h). Modèles de l’action politique

Y. Dosquet (Ecole doctorale EHESS) : La gouvernementalité de la nouvelle économie classique

Y. Muller-Lagarde (UFR Droit, université Paris Ouest Nanterre) : Aspects critiques de la normalisation financière

Th. Boccon-Gibod (SOPHIAPOL, université Paris Ouest Nanterre): L’inscription sociale de la régulation

13h-14 h : déjeuner sur place

Troisième session (14h00 – 15h30). Modèles de fonctionnement de marché

O. Brandouy (IAE) : Type d’exécution des ordres et efficacité d’un marché dans le sens de l’équité

C. Gresse (DRM Dauphine) : Directive MIF et liquidité des marchés d’actions, une étude empirique

E. Brian (EHESS) : Cadre temporel et morphologie de l’incertitude, un exemple sur deux siècles

Conclusion (15h45 – 16h).

 

Autour du pouvoir des experts : la martingalisation comme norme

La séance du séminaire du jeudi 08 novembre (17h – 19h) porte sur le thème suivant:

“ Autour du pouvoir des experts : la martingalisation comme norme. ”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C32, au 3ème étage du bâtiment C.

Intervenant: Christian Walter.

Pour vous inscrire, cliquer ici.

Quelques lectures complémentaires sur le même thème: cliquer ici.

Les mathématiques financières en débat

Conférence débat « Ethique et mathématiques financières » organisée par la Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris (ICP) et la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) le mercredi 14 novembre 2012, 14h30 – 18h.

Lieu: Institut Catholique de Paris (21 rue d’Assas – 75006 Paris), salle B 20, 2ème étage du bâtiment B, entrée libre.

 

OBJECTIF

L’objectif de cette table ronde est de mettre en débat la question des mathématiques financières sous la double problématique épistémologique et éthique.

Cette conférence débat s’adresse à toute personne désireuse de réfléchir à la question des mathématiques financières et de leur impact social, spécialistes ou non spécialistes, chercheurs engagés dans différents champs disciplinaires. Il s’agit d’aborder la question des mathématiques financières, pour y insérer au bon endroit une problématique éthique qui dépasse les seules considérations déontologiques.

 

PROGRAMME

–  Jean-Philippe Bouchaud, Fondateur et président de Capital Fund Management, professeur à l’Ecole polytechnique, « Modélisations toxiques en économie et en finance: pourquoi les théories alternatives peinent à s’imposer »

–  Paul Jorion, titulaire de la Chaire Stewardship of Finance de la Vrije Universiteit Brussel

–  Sylvain Piron, maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), « Le risque et sa valeur selon les scolastiques ».

–  Christian Walter, professeur associé à l’IAE de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de la chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris, « Ethique et finance : le tournant performatif »

 

PROBLÉMATIQUE

 1) 2008-2009 : les mathématiques financières en accusation

Il s’agit, dans ce colloque, de partir d’une constatation : dès le début de la crise financière, les modèles mathématiques de la finance ont été mis en cause. Parallèlement à cette accusation, les défenseurs des mathématiques financières n’ont cessé de répéter que les modèles n’étaient qu’un outil, un simple moyen d’intervention sur les marchés, et qu’ils ne pouvaient en aucun cas représenter une cause de cette crise. C’était seulement leur mauvais usage qui avait été la cause de la débâcle, et non la conception des modèles eux-mêmes. Les défenseurs des mathématiques financières disent : les modèles sont axiologiquement neutres. La neutralité axiologique des modèles en fait des serviteurs loyaux des intentions des acteurs : si celles-ci sont bonnes, tout ira bien dans le meilleur des mondes financiers possibles. Si celles-ci sont mauvaises, personne n’y peut rien et en tous cas pas leurs concepteurs. D’où la multiplication des codes de déontologie, dont il est remarquable de constater qu’ils n’ont aucun effet sur les modèles eux-mêmes.

2) 2010-2011 : une ligne de défense dangereuse qui utilise une épistémologie positiviste

L’un des objectifs du colloque est de mettre en question l’épistémologie de cette ligne de défense, en faisant apparaître qu’elle est non seulement fausse dans ses présupposés fondamentaux, mais de plus dangereuse, y compris pour ceux-là mêmes qui, par cette position intellectuelle, espéreraient sauver la pratique mathématique en finance. Elle est fausse car elle s’appuie sur une conception inexacte et dépassée du rapport entre modèle et monde concret. Elle est dangereuse car elle conduit à reporter sur les seuls usagers la garantie de fiabilité finale du système. Dire qu’un modèle mathématique en finance serait éthiquement neutre et que seul son mauvais usage serait à l’origine des problèmes rencontrés relève d’un positivisme datant la fin du XIXe siècle, une épistémologie dont on connaît aujourd’hui les limites. Cette ligne de défense des mathématiques financières ignore les travaux de recherche de la sociologie des sciences contemporaine, qui mettent en avant l’importance des dispositifs sociotechniques dans les représentations du monde et l’interaction entre hommes et outils. L’un des buts du colloque sera de s’interroger sur la question suivante : la réduction de l’éthique à la déontologie n’est-elle pas le corollaire de la réduction de la science au scientisme. Peut-on mettre en évidence un lien entre positivisme en mathématiques financières et déontologisme en éthique financière ?

3) 2012 : proposer une nouvelle épistémologie pour penser le rôle des mathématiques financières

Il s’agira alors de proposer une lecture différente de la relation entre mathématiques financières et pratiques professionnelles, qui prenne acte des apports de la sociologie des sciences contemporaine (Callon, Latour, Pestre). Les travaux récents des « science studies » appliqués à la finance (McKenzie, Muniesa) ont montré que les modèles mathématiques ne décrivent pas la finance professionnelle, mais la créent. Les outils scientifiques créent de nouvelles pratiques professionnelles, transformant la finance en filière scientifique et industrielle du risque (Armatte), une ingénierie dans le sens de la construction sociale des pratiques professionnelles par les mathématiques de la finance. Par exemple, le risque de crédit n’est pas modélisé par des mathématiques financières, il est – au sens propre – modelé par elles. Ce pouvoir démiurgique des mathématiques financières, leur mise en forme du monde, est une capacité que la sociologie des sciences appelle « performativité ». Un aspect très important de cette performativité est qu’elle n’est pas seulement technique, mais aussi cognitive : les mathématiques financières agissent aussi dans la doctrine des réglementations internationales, comme Bâle 3 pour les banques ou Solvabilité 2 pour les compagnies d’assurance, mises aux normes par une probabilisation de l’incertitude qui fait croire à l’absence de risque.

4) 2013 : l’éthique de la finance et les mathématiques financières

Il s’agira aussi de pousser la réflexion en direction de l’éthique financière, et d’examiner si c’est à cause de ce vide épistémologique que la finance professionnelle reste impénétrable au discours éthique. L’un des obstacles vient de la barrière technique créée par les mathématiques financières, le « coût d’entrée » de la discipline (Bourdieu). On se demandera alors quelles sont les conséquences de ce coût d’entrée : si ceux qui formulent des principes éthiques pour des agents moraux rationnels sont incapables de saisir les enjeux anthropologiques et sociaux des modélisations des mathématiques financières, leurs préconisations ne sont-elles pas vouées à rester inadaptées à leur objet ? Sans préjuger de la réponse, il serait profitable de poser la question suivante : chaque discours qui porte à vide ne témoigne-t-il pas de l’échec des élaborations éthiques tentées sans prendre en compte les contenus scientifiques des outillages techniques et mentaux des professionnels ? Ce qui plaide en faveur d’une déconstruction épistémologique des mathématiques financières, épistémologie dont la place se situerait au barycentre du triangle finance – science – éthique. Ce barycentre devenant un point d’Archimède permettant l’instauration de forums hybrides (Callon) qui ouvriraient les mathématiques financières au débat public d’une manière renouvelée.

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Armatte M., 2010, La science économique comme ingénierie. Quantification et modélisation, Presses des Mines, « Collection Sciences sociales ».

Bouchaud J.-P., « Economics needs a scientific revolution », Nature 455, 1181 (30 octobre 2008)

Bouleau N., 1998, Martingales et marchés financiers, Odile Jacob.

Bourdieu P., 2000, Les structures sociales de l’économie, Seuil, collection Liber.

El Karoui N., 2009, « Un moment de l’expérience probabiliste », Prisme, 17.

MacKenzie D., 2006, An Engine, Not a Camera. How Financial Models Shape Markets, MIT Press.

MacKenzie D., Muniesa F., Siu L. (eds.), 2008, Do Economists Make Markets? On the Performativity of Economics,PrincetonUniversity Press.

Piron S., 2012 Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, présentation, édition critique, traduction et commentaires, Les Belles-Lettres.

Walter C., 2008, « Finance, maths et humanités », Le Monde, « Débats », 19 septembre, p. 19.

Walter C., 2012, « Le pouvoir démiurgique des mathématiques financières », Libération, 22 mai, p. 20.

Walter C., Pracontal, M. de, 2009, Le virus B. Crise financière et mathématiques, Seuil.

Ethique et politique à la lumière du pragmatisme des années 1920

La première séance du séminaire aura lieu le jeudi 04 octobre  (17h – 19h) sur le thème suivant: 

“ Ethique et politique à la lumière du pragmatisme des années 1920. ”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C15, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenante : Michèle Leclerc-Olive.

Pour vous inscrire, cliquer ici.

La martingalisation généralisée des marchés financiers

« La martingalisation des marchés et le rôle des modèles », intervention de Christian Walter à l’occasion du forum des auteurs organisé le 18 juin 2012 par Revue Banque , en partenariat avec l’Association des marchés financiers (AMAFI), Sciences Po Paris et Thomson Reuters Transactive, autour de la parution du supplément « Face aux marchés, les États sont-ils encore souverains ? ». Le texte de l’article est disponible en ligne ici.

Voir la vidéo de la conférence ici.

Quelques lectures complémentaires :

« Les martingales sur les marchés financiers. Une convention stochastique ? », un article de Christian Walter dans la Revue de synthèse, 127, 5ème S, n°2, p. 379-91, disponible en ligne ici.

« IAS 39 et la martingalisation des marchés financiers », dans Nouvelles normes financières. S’organiser face à la crise. Paris, Springer, 2010, p. 97–123.  un aperçu sur Google Books ici.

« The Splendors and Miseries of Martingales », un article de Laurent Mazliak et Glenn Shafer dans Electronic Journal for History of Probability and Statistics, vol. 5, n°1, juin 2009, disponible en ligne ici.

« Histoire de martingales », un article de Roger Mansuy dans Mathématiques et sciences humaines [En ligne], 169 | Printemps 2005, mis en ligne le 28 mars 2006, disponible ici.

Crises financières, incertitude radicale et probabilités

La prochaine séance du séminaire aura lieu le jeudi 07 juin  (17h – 19h) sur le thème suivant : “Incertitude radicale vs probabilités: pourquoi sommes-nous toujours surpris par les crises ? ”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (21 rue d’Assas – 75006 Paris), salle B 08, au rez-de-chaussée du bâtiment B, entrée libre.

Intervenant : Jacques Sapir, économiste, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, directeur du Centre d’Études des Modes d’Industrialisation (CEMI-EHESS) et Professeur associé au Collège d’économie de Moscou (MSE-MGU).

 

 

 

Résumé de l’intervention de Jacques Sapir :

L’incertitude radicale, l’événement discret, caractérisent les crises. Ces notions mettent à mal l’usage des méthodes probabilistes. On peut de ce point de vue faire une distinction entre « période normale » et « période de crise » qui serait fondée sur la multiplication du risque d’événements discrets. Cependant, on peut aussi se demander si l’incertitude radicale et l’événement discret ne caractérisent pas les actions humaines. De ce point de vue, la distinction entre période « normale » ou « anormale » serait à remettre en cause. De fait, une comparaison entre la logique de la stratégie militaire et les logiques financières pourrait s’av’rer intéressante en ceci que dans le domaine militaire comme dans le domaine financier on fait un grand usage des probabilités, mais que l’on rencontre la catastrophe dès que l’on s’y abandonne.

 

Quelques lectures complémentaires :

Dernier ouvrage paru : Faut-il sortir de l’euro ?, Seuil, 2012.

Un article de Jacques Sapir sur le même thème disponible en ligne sur le site Marianne2.fr : cliquer ici.

“Une décade prodigieuse. La crise financière entre temps court et temps long”, un texte de Jacques Sapir disponible en ligne sur le site Revues.org : cliquer ici.

Tous les articles de Jacques Sapir en ligne sur le site Cairn.info : cliquer ici.

Réécouter cette séance:

Finance conventionnelle et finance islamique : une épistémologie commune ?

La prochaine séance du séminaire aura lieu jeudi 10 mai  (17h – 19h) sur le thème suivant :
“Finance conventionnelle et finance islamique : une épistémologie commune ?”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (21 rue d’Assas – 75006 Paris), salle B 08, au rez-de-chaussée du bâtiment B. Entrée libre.

Intervenants : Michèle Leclerc-Olive, IRIS-CNRS / EHESS et Dhafer Saïdane, Maître de conférences HDR à l’Université Lille 3, auteur de La finance islamique à l’heure de la mondialisation, Editions de la Revue Banque, 2009.

Quelques lectures complémentaires :

“Le pouvoir des banques sur le marché du crédit : essai de comparaison internationale”, un texte de Dhafer Saïdane disponible en ligne sur le site Persée : cliquer ici.

Tous les articles de Dhafer Saïdane sur Persée : cliquer ici.

Réécouter l’enregistrement audio du séminaire du 3 mai 2011 avec Michèle Leclerc-Olive et Sylvain Piron (EHESS, CRH-GAS) sur le thème « Finance chrétienne et finance musulmane »: cliquer ici.

Réécouter cette séance:

 

 

Une valeur fondamentale en finance ?

 

La Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris organise le vendredi 13 avril de 9h à 13h une matinée d’étude sur la mise au travail du concept de loi naturelle dans la culture économique et financière. Cette demi-journée s’adresse à toute personne désireuse de réfléchir au phénomène de la spéculation boursière en suspendant les présupposés moraux usuels, à partir d’une réflexion éthique renouvelée grâce à l’examen épistémologique des outillages techniques de la finance.

Il s’agira de se donner les moyens de comprendre le phénomène financier, pour y examiner une possible insertion du concept de loi naturelle.

La séance se tiendra dans les locaux de l’Institut Catholique de Paris, 21 rue d’Assas – 75006 Paris, au 4ème étage du bâtiment A, en salle A40. Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire à : ethiquefinance@icp.fr

 

CONTEXTE

La spéculation boursière est un sujet dont l’actualité semble ne jamais disparaître. Au fil des années, les titres des journaux se ressemblent, dans une répétition où les mêmes préoccupations, les mêmes inquiétudes, surgissent devant les phénomènes financiers perçus comme dangereux ou non contrôlés.

La crise financière de 2007-2008 a été à nouveau l’occasion d’un grand nombre de titres de quotidiens orientés dans ce sens. Mais dix plus tôt, au moment de la hausse des marchés de 1996, un grand quotidien national affichait en première page : « La finance flambe-t-elle ? ». Le sous-titre précisait que « la récente exubérance irrationnelle des marchés boursiers inquiète » tandis que le contenu de l’article développait le thème de la peur : « comment ne pas frémir en songeant aux conséquences d’un éventuel déplacement brutal de telles masses de capitaux ? » en évoquant « le spectre d’une gigantesque bulle spéculative, éloignée des réalités économiques et monétaires ». Encore sept ans plus tôt, en 1989, un discours identique se faisait entendre : « une euphorie boursière toujours aussi excessive », titrait un quotidien économique national, euphorie perçue par un autre hebdomadaire économique comme « non réellement fondée ». Un groupe de professionnels des marchés réfléchissant dans le cadre d’une  démarche suscitée par la conférence des évêques de France publiait alors un rapport dans lequel on pouvait lire : « Sans doute l’inquiétude demeure-t-elle. Les fluctuations des marchés financiers ne font-elle pas peser une menace sur les économies des pays industrialisés et sur la croissance des pays en développement ? ».

On pourrait multiplier ce type de citations. Les mêmes mots reviennent, développant les thèmes de l’angoisse : inquiétude, peur, spectre…: la spéculation boursière est toujours perçue comme une menace pour la stabilité des économies et systématiquement condamnée au nom d’une référence à ce qui constituerait un « juste prix » des biens, en regard d’une « juste destination » des flux financiers.

 

ARGUMENT

Il existe une sorte de « morale économique spontanée » : la « vraie valeur » se définirait du côté des processus « réels » (l’économie réelle) tandis que ce qui est « spéculatif » (la valeur boursière) est perçu comme parasite de ces processus réels.

L’opposition entre le réel « authentique » et le spéculatif « factice » prend la forme théorique d’une référence à la notion de « valeur fondamentale » des biens, désignant par là une valeur intrinsèque calculée, qui viendrait contredire la valeur boursière cotée. La valeur fondamentale devient un référent éthique, et l’écart entre cette valeur et la valeur boursière est un critère de démarcation entre le juste (justice, justesse) et l’injuste.

Ce discours tient-il face à la réalité des phénomènes examinés ?

 

PROPOSITION

Une analyse épistémologique de la notion de valeur fondamentale fait rapidement apparaître une difficulté en tant que cette notion renvoie non seulement à la notion d’évaluation juste d’un actif, mais aussi à la manière dont cette justesse est obtenue : la valeur fondamentale est une notion construite.

Les calculs d’évaluation sont validés par des institutions savantes et implantés dans les pratiques professionnelles par des réglementations contraignantes (normes comptables, normes prudentielles). Mais les méthodes d’évaluation, même les plus simples, contiennent des hypothèses sur le monde économique et sur les comportements d’agents qualifiés de responsables. Ces hypothèses constituent une sorte de credo caché de l’évaluation financière. Pour que la notion de loi naturelle puisse s’insérer dans l’idée de valeur en économie, il est nécessaire d’exhumer ce credo caché. Ce qui nécessite une analyse épistémologique des modélisations mathématiques utilisées dans les calculs d’évaluation. Aujourd’hui, le lieu où la valeur fondamentale trouve sa consistance n’est pas celui des phénomènes économiques eux-mêmes mais celui de leurs calculs de routine par les spécialistes.

Résumons notre propos. Dans la plupart des situations financières, les agents font des calculs et construisent leurs décisions sur les résultats de ces calculs. Ainsi, en observant des emballements de marché sans cause apparente, on peut se poser la question suivante : est-ce la faute des marchés, mauvais outils de répartition des richesses et des risques, la faute des agents, mauvais observateurs de la réalité économique, ou la faute des calculs, qui déforment un phénomène économique qui leur résisterait ? Les calculs actuels ne conduisent-ils pas à engendrer ou à favoriser un désir qui se déploie complètement à distance des processus de production ? En d’autres termes, les calculs mathématiques ne sont-ils pas aussi des vecteurs de la folie financière ?

Supposer que la puissance du calcul peut renforcer l’illimité du désir conduit à s’interroger sur le cadrage ou le décadrage de ce désir par les calculs financiers.

 

PROGRAMME

Christian Walter, directeur de la Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris, professeur associé à l’IAE de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
« Critique de la valeur fondamentale par une approche probabiliste »

Discutants :
Henri-Jérôme Gagey, professeur de théologie à la Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris.
Geneviève Médevielle, professeur de théologie à la Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris.

Les débats seront animés par Dominique Greiner, enseignant de théologie morale à l’Institut Catholique de Paris et chercheur au Centre de recherches en éthique économique de l’université catholique de Lille.

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Azoulay N., « Lucien Karpik, L’économie des singularités », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre 2008, mis en ligne le 15 novembre 2008.

Commission Théologique Internationale, A la recherche d’une éthique universelle. Nouveau regard sur la loi naturelle, Rome, juin 2009.

Gagey H.-J., « Le concept de loi naturelle dans le contexte d’une anthropologie chrétienne », Transversalités, janvier-mars 2011, 117, p. 69-83.

Lo A.W. (ed.), Market Efficiency. Stock Market Behaviour in Theory and Practice, E. Elgar, 1997.

Lo A.W., MacKinlay A., A Non-Random Walk Down Wall Street, Princeton University Press, 1999.

Ross S., Neoclassical Finance, Princeton University Press, 2005.

Walter C., Brian E. (dir.), Critique de la valeur fondamentale, Springer France, 2007.

Walter C., Pracontal M. de, Le virus B. Crise financière et mathématiques, Seuil, 2009.

Zajdenweber D., L’économie des extrêmes, Flammarion, 2000.