Au-delà du cygne noir : des formules qui changent le monde

 

La séance du séminaire du jeudi 16 mai (17h – 19h) porte sur le thème :

“ Au-delà du cygne noir : des formules qui changent le monde”

Lieu : Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C15, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenant : Elie Ayache, président fondateur de la société Itô 33 et auteur de l’ouvrage :

The blank swan. The end of probability

blankswan

La couverture de l’ouvrage d’Élie Ayache nous suggère que c’est l’écriture (ici, une écriture de modèles mathématiques comme par exemple le modèle d’options de Black, Scholes et Merton) qui produit des « cygnes » (blancs ou noirs) en scénarisant l’environnement professionnel par des scripts techniques qui définissent des rôles aux « acteurs » (dans le double sens sociologique et théâtral) que sont les professionnels des marchés. Les cygnes noirs n’ont pas d’existence exogène : ainsi l’approche probabiliste – qui se fonde sur cette exogénéité – porte à vide (blank). L’écriture d’un signe (un cygne) par un script signifie donc la fin de l’usage des probabilités puisque les acteurs (dans le double sens sociologique et théâtral) participent aux « probabilités » qu’ils croient mesurer. Les « cygnes » apparaissent comme des signes de la scénarisation opérée par les formules mathématiques sur les opérateurs de marché. Le marché ne peut plus être pensé en dehors des opérateurs qui le constituent : en cela, les formules mathématiques changent le monde professionnel.

Comme toute analyse d’écriture, il importe ensuite d’étudier comment cette scénarisation se traduit dans les pratiques professionnelles, quelles sont ses différentes traductions selon les acteurs et leur réseau relationnel. Cette étude est l’objet de la sociologie de la traduction.

Christian Walter

Sociologie de la traduction, éthique et politique

Dans un article fondateur publié en 1986 dans L’Année sociologique et intitulé « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », Michel Callon forge la notion de « sociologie de la traduction » : un « mécanisme par lequel un monde social et naturel se met progressivement en forme et se stabilise pour aboutir, si elle réussit, à une situation dans laquelle certaines entités arrachent à d’autres, quelles mettent en forme, des aveux qui demeurent vrais aussi longtemps qu’ils demeurent incontestés ».  Les textes principaux issus de courant de recherche ont récemment fait l’objet d’une réédition (ici).

L’un des aspects important de cette nouvelle sociologie des sciences est de faire apparaître comment les objets techniques scénarisent leur environnement et définissent des rôles aux « acteurs » qui les utilisent. Ainsi, les objets techniques, comme les formules mathématiques de la finance, changent le monde. Les travaux de Madeleine Akrich (Centre de sociologie de l’École des Mines de Paris) sont relatifs à l’étude de ce changement et cherchent à examiner les scripts contenus dans les objets techniques.

Du point de vue éthique, l’élément décisif de cette approche est de quitter le positivisme qui permet aux scientifiques de ne pas être responsables de leurs modèles. Les objets techniques (ici les formules mathématiques de la finance) « ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs d’organisation des relations des hommes entre eux et avec leur environnement. » (Akrich, 1987, « Comment décrire les objets techniques ? », disponible sur HALSHS). C’est la raison pour laquelle la déontologie et les valeurs de surplomb ne sont pas suffisantes pour pouvoir débattre des enjeux de la finance aujourd’hui : l’éthique financière doit prendre en compte la scénarisation du monde par des formules qui le changent, c’est-à-dire la dimension politique des modèles mathématiques de la technologie financière. C’est le « tournant performatif » de l’éthique de la finance (Walter, 2012, disponible sur CAIRN ici).

Autour du thème

L’ouvrage de Elie Ayache : The blank swan. The end of probability,Wiley, 2010.

Théorie du cygne noir

L’ouvrage de Nassim Taleb sur la théorie du cygne noir (Wikipedia) : The Black Swan: The Impact of the Highly Improbable, New York, Random House, 2007.

Une critique du film Black Swan de Darren Aronofski (2010) dans la perspective du cygne noir.

Les enjeux politiques des choix techniques

L’ouvrage de Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe : Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil (collection « La couleur des idées »), 2001. Une analyse disponible dans Persée (ici).

L’ouvrage de Dominique Pestre : A contre-science. Politiques et savoirs des sociétés contemporaines, Paris, Le Seuil (collection « La couleur des idées »), 2012. Un commentaire dans Le Monde diplomatique (ici) et une interview sur France Culture (ici).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *