De la morale au questionnement démocratique

La séance du séminaire du jeudi 27 juin (17h – 19h) porte sur le thème :

“ Finance : de l’éthique de surplomb à la démocratie technique”

Lieu : Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C13, au 1er étage du bâtiment C.

Présentation

Les débats éthiques actuels sur la défaillance de la finance et sur la nécessité de la refondation d’une finance « davantage éthique » sont marqués du sceau du positivisme, une philosophie de la science qui permet aux scientifiques de ne pas être responsables de leurs modèles. La raison en est que, du point de vue positiviste, la science est éthiquement neutre : dans une épistémologie positiviste, les équipements scientifiques (modèles, instruments, techniques, etc.) ne sont pas chargés de contenus éthiques. La position épistémologique positiviste fait reposer sur le seul usage de l’outil scientifique sa qualification ou disqualification éthique selon que cet usage se conforme ou non à des valeurs estimées « bonnes ». Ces valeurs tombent du ciel, par exemple le ciel religieux, le ciel humaniste, etc. D’où une éthique qu’on qualifie d’éthique de surplomb : de haut en bas. Puisque les « valeurs»  doivent venir conformer les comportements des acteurs dans le sens d’une visée bonne, le positivisme fait ainsi porter aux utilisateurs les impacts sociétaux des modélisations (ici les modèles financiers) : seuls les mauvais usages des modèles seraient à l’origine de conséquences négatives pour la société. Pour le positivisme, l’éthique et la finance sont deux disciplines pensées selon un rapport d’extériorité.

L’approche « socio-logique»  de la modélisation (écrit en deux mots selon le jeu de mots issu de la traduction française de l’ouvrage (1976, trad. fr. 1983) de David Bloor, Socio-logie de la logique ou les limites de l’épistémologie) indique précisément le contraire : la technoscience (ici la modélisation financière) construit un monde dans lequel les formules mathématiques ont des conséquences sociétales importantes. Aussi, du point de vue des enjeux sociétaux, l’analyse socio-logique de la théorie financière fait apparaître les limites de l’approche éthique de surplomb. La technologie issue de la théorie financière résiste aux valeurs avec lesquelles on cherche à modifier les comportements des professionnels. Peut-être même contient-elle d’autres valeurs qui seraient contraires aux valeurs de surplomb. Une épistémologie non positiviste complétée par une sociologie des sciences peut dépasser l’approche qui juxtapose éthique et finance dans une relation de face à face. La performativité des modèles financiers (dans le sens vu au cours du séminaire) doit donc conduire à examiner les aspects académiques des modèles (outils cognitifs, lois, etc.), mais aussi technologiques, sociaux (dispositifs de mesure, régulation, institutions) et politiques.

L’abandon du positivisme a une conséquence pratique directe pour la société : la réappropriation de problématiques techniques par le débat public. Or aujourd’hui, que constate-t-on ? Alors que des technologies font l’objet d’examens critiques (OGM, thérapies géniques, etc.), les hypothèses de modélisation de la finance mathématique sont en général évacuées des débats publics. Pourtant, les objets techniques (ici les formules mathématiques de la finance) « ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs d’organisation des relations des hommes entre eux et avec leur environnement » (Akrich, 1987). C’est la raison pour laquelle la déontologie et les valeurs de surplomb ne sont pas suffisantes pour pouvoir débattre des enjeux de la finance aujourd’hui : l’éthique financière doit prendre en compte la scénarisation du monde par des formules qui le changent (voir séance du 16 mai : ici), c’est-à-dire la dimension politique des modèles mathématiques de la technologie financière. C’est le « tournant performatif » de l’éthique de la finance (Walter, 2012). D’où l’importance de pouvoir débattre publiquement de ces théories (Leclerc-Olive, 2010) dans une démocratie technique (Barthe, Callon et Lascoumes, 2001).

 

Références

Madeleine Akrich, « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et cultures, vol. 9, 1987, p. 49-64.

Yannick Barthe, Michel Callon et Pierre Lascoumes, Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001.

Michèle Leclerc-Olive, La crise financière a-t-elle quelque chose à dire aux sciences sociales ? De l’expertise à l’espace public : propositions pour une enquête partagée, document de travail, EHESS, 2010. Disponible sur le site de la Chaire Ethique et Finance ici.

Christian Walter, « Ethique et finance : le tournant performatif », Transversalités, 124, oct-déc, p. 29-42. Disponible sur CAIRN ici.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *