Une valeur fondamentale en finance ?

 

La Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris organise le vendredi 13 avril de 9h à 13h une matinée d’étude sur la mise au travail du concept de loi naturelle dans la culture économique et financière. Cette demi-journée s’adresse à toute personne désireuse de réfléchir au phénomène de la spéculation boursière en suspendant les présupposés moraux usuels, à partir d’une réflexion éthique renouvelée grâce à l’examen épistémologique des outillages techniques de la finance.

Il s’agira de se donner les moyens de comprendre le phénomène financier, pour y examiner une possible insertion du concept de loi naturelle.

La séance se tiendra dans les locaux de l’Institut Catholique de Paris, 21 rue d’Assas – 75006 Paris, au 4ème étage du bâtiment A, en salle A40. Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire à : ethiquefinance@icp.fr

 

CONTEXTE

La spéculation boursière est un sujet dont l’actualité semble ne jamais disparaître. Au fil des années, les titres des journaux se ressemblent, dans une répétition où les mêmes préoccupations, les mêmes inquiétudes, surgissent devant les phénomènes financiers perçus comme dangereux ou non contrôlés.

La crise financière de 2007-2008 a été à nouveau l’occasion d’un grand nombre de titres de quotidiens orientés dans ce sens. Mais dix plus tôt, au moment de la hausse des marchés de 1996, un grand quotidien national affichait en première page : « La finance flambe-t-elle ? ». Le sous-titre précisait que « la récente exubérance irrationnelle des marchés boursiers inquiète » tandis que le contenu de l’article développait le thème de la peur : « comment ne pas frémir en songeant aux conséquences d’un éventuel déplacement brutal de telles masses de capitaux ? » en évoquant « le spectre d’une gigantesque bulle spéculative, éloignée des réalités économiques et monétaires ». Encore sept ans plus tôt, en 1989, un discours identique se faisait entendre : « une euphorie boursière toujours aussi excessive », titrait un quotidien économique national, euphorie perçue par un autre hebdomadaire économique comme « non réellement fondée ». Un groupe de professionnels des marchés réfléchissant dans le cadre d’une  démarche suscitée par la conférence des évêques de France publiait alors un rapport dans lequel on pouvait lire : « Sans doute l’inquiétude demeure-t-elle. Les fluctuations des marchés financiers ne font-elle pas peser une menace sur les économies des pays industrialisés et sur la croissance des pays en développement ? ».

On pourrait multiplier ce type de citations. Les mêmes mots reviennent, développant les thèmes de l’angoisse : inquiétude, peur, spectre…: la spéculation boursière est toujours perçue comme une menace pour la stabilité des économies et systématiquement condamnée au nom d’une référence à ce qui constituerait un « juste prix » des biens, en regard d’une « juste destination » des flux financiers.

 

ARGUMENT

Il existe une sorte de « morale économique spontanée » : la « vraie valeur » se définirait du côté des processus « réels » (l’économie réelle) tandis que ce qui est « spéculatif » (la valeur boursière) est perçu comme parasite de ces processus réels.

L’opposition entre le réel « authentique » et le spéculatif « factice » prend la forme théorique d’une référence à la notion de « valeur fondamentale » des biens, désignant par là une valeur intrinsèque calculée, qui viendrait contredire la valeur boursière cotée. La valeur fondamentale devient un référent éthique, et l’écart entre cette valeur et la valeur boursière est un critère de démarcation entre le juste (justice, justesse) et l’injuste.

Ce discours tient-il face à la réalité des phénomènes examinés ?

 

PROPOSITION

Une analyse épistémologique de la notion de valeur fondamentale fait rapidement apparaître une difficulté en tant que cette notion renvoie non seulement à la notion d’évaluation juste d’un actif, mais aussi à la manière dont cette justesse est obtenue : la valeur fondamentale est une notion construite.

Les calculs d’évaluation sont validés par des institutions savantes et implantés dans les pratiques professionnelles par des réglementations contraignantes (normes comptables, normes prudentielles). Mais les méthodes d’évaluation, même les plus simples, contiennent des hypothèses sur le monde économique et sur les comportements d’agents qualifiés de responsables. Ces hypothèses constituent une sorte de credo caché de l’évaluation financière. Pour que la notion de loi naturelle puisse s’insérer dans l’idée de valeur en économie, il est nécessaire d’exhumer ce credo caché. Ce qui nécessite une analyse épistémologique des modélisations mathématiques utilisées dans les calculs d’évaluation. Aujourd’hui, le lieu où la valeur fondamentale trouve sa consistance n’est pas celui des phénomènes économiques eux-mêmes mais celui de leurs calculs de routine par les spécialistes.

Résumons notre propos. Dans la plupart des situations financières, les agents font des calculs et construisent leurs décisions sur les résultats de ces calculs. Ainsi, en observant des emballements de marché sans cause apparente, on peut se poser la question suivante : est-ce la faute des marchés, mauvais outils de répartition des richesses et des risques, la faute des agents, mauvais observateurs de la réalité économique, ou la faute des calculs, qui déforment un phénomène économique qui leur résisterait ? Les calculs actuels ne conduisent-ils pas à engendrer ou à favoriser un désir qui se déploie complètement à distance des processus de production ? En d’autres termes, les calculs mathématiques ne sont-ils pas aussi des vecteurs de la folie financière ?

Supposer que la puissance du calcul peut renforcer l’illimité du désir conduit à s’interroger sur le cadrage ou le décadrage de ce désir par les calculs financiers.

 

PROGRAMME

Christian Walter, directeur de la Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris, professeur associé à l’IAE de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
« Critique de la valeur fondamentale par une approche probabiliste »

Discutants :
Henri-Jérôme Gagey, professeur de théologie à la Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris.
Geneviève Médevielle, professeur de théologie à la Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris.

Les débats seront animés par Dominique Greiner, enseignant de théologie morale à l’Institut Catholique de Paris et chercheur au Centre de recherches en éthique économique de l’université catholique de Lille.

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Azoulay N., « Lucien Karpik, L’économie des singularités », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre 2008, mis en ligne le 15 novembre 2008.

Commission Théologique Internationale, A la recherche d’une éthique universelle. Nouveau regard sur la loi naturelle, Rome, juin 2009.

Gagey H.-J., « Le concept de loi naturelle dans le contexte d’une anthropologie chrétienne », Transversalités, janvier-mars 2011, 117, p. 69-83.

Lo A.W. (ed.), Market Efficiency. Stock Market Behaviour in Theory and Practice, E. Elgar, 1997.

Lo A.W., MacKinlay A., A Non-Random Walk Down Wall Street, Princeton University Press, 1999.

Ross S., Neoclassical Finance, Princeton University Press, 2005.

Walter C., Brian E. (dir.), Critique de la valeur fondamentale, Springer France, 2007.

Walter C., Pracontal M. de, Le virus B. Crise financière et mathématiques, Seuil, 2009.

Zajdenweber D., L’économie des extrêmes, Flammarion, 2000.

 

 


4 réflexions au sujet de « Une valeur fondamentale en finance ? »

  1. Effectivement, les valeurs humaines donnent valeur à la valeur. Si l’on part du résultat pour tenter de le justifier « moralement » on se trouve dans une démarche inversée…

  2. La question qui est posée est très importante mais les pistes suggérées pour y répondre insuffisantes. Quelque soit la façon dont la valeur est « construite », valeur fondamentale, réelle, cotée, calculée, probabiliste, etc. elle ne peut se justifier de façon ultime que dans son rapport à la personne humaine, rapport qui s’exprime au travers de son articulation avec les grandes valeurs anthropologiques. Les valeurs donnent sa valeur à la valeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *