Le débat sur l’usure au tournant du XVIIIe siècle (1660-1702)

La séance du séminaire du lundi 4 février (17h – 19h) porte sur le thème :

“ Un moment du débat sur l’usure : Louis XIV et la question des rentes viagères”

Lieu : Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C14, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenant : Pierre-Charles Pradier, Department of Economics, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne & associate director, Ecole Nationale d’Assurances (CNAM / M&S / EFAB).

 

Résumé de l’intervention :

 

Les rentes viagères du Grand Roi : de la condamnation de l’usure au désir de contribuer à la satisfaction des rentiers

Le règne personnel de Louis XIV s’ouvre par un édit vitupérant « ceux qui, s’étant dépouillés de tout sentiment d’affection pour leurs parens et familles, ne considérant que leur satisfaction particulière, et ne cherchant que les aises et les commodités de la vie » aliènent leur héritage à fonds perdu pour se constituer des rentes viagères usuraires. Trente ans plus tard, le monarque « désirant contribuer à leur satisfaction, & leur faciliter le moyen d’employer utilement leur deniers, & de se procurer un revenu seur & considérable le reste de leur vie » engage l’Etat dans l’émission d’emprunts viagers. Les historiens économistes se sont interrogés depuis longtemps sur la conversion de la monarchie, qui empruntait jusqu’aux années 1700 en rentes perpétuelles, à l’émission d’emprunts contingents ruineux : l’importance financière du phénomène apparaît au cours du siècle des Lumières et semble entraîner la monarchie vers l’abîme.

Ce basculement n’aurait pas été possible sans un travail idéologique entièrement mené sous le règne du soleil se « mouvans, de [sa] certaine science, pleine puissance & autorité Royale. » La lecture des édits sur les rentes de 1661 à 1702 et de quelques arrêts significatifs du Parlement montre la maturation d’une pensée qui accepte progressivement le dépassement du taux de l’usure puis la dépréciation du capital des familles : une espèce de révolution financière qui n’est pas sans rappeler la conversion des années Mitterrand. Il ne faudrait cependant pas prendre pour argent comptant ces textes qui visent à « faire croire ». En complétant ces déclarations par ce qu’on tient pour sûr des travaux de Katia Béguin [2012a] sur les rentes sur l’Hôtel-de-Ville de Paris et sur les rentes viagères de l’Hôtel-Dieu (Pradier [2011]), on est tenté de penser que les dérogations aux lois sur l’usure si libéralement accordées ne mettent pas seulement l’âme du monarque à prix d’or : elles visent aussi l’achat d’une paix intérieure en laissant les corps intermédiaires gérer la dette de long terme (Béguin [2012b]) afin de préserver l’ordre perpétuel des rentes.

Bibliographie

Béguin Katia [2012a], Financer la guerre au XVIIe siècle. La dette publique et les rentiers de l’absolutisme, Champ Vallon, 2012.

Béguin Katia [2012b], « Les rentes des États de Bourgogne à l’époque moderne. Les fondements politiques et sociaux de la crédibilité d‘un instrument financier commun », à paraître, Annales de Bourgogne.

Pradier Pierre-Charles [2011], « Les bénéfices terrestres de la charité : Les rentes viagères des hôpitaux parisiens 1660-1690 », Histoire & Mesure, 2011, XXVI-2, p. 31-76.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *