De la morale au questionnement démocratique

La séance du séminaire du jeudi 27 juin (17h – 19h) porte sur le thème :

“ Finance : de l’éthique de surplomb à la démocratie technique”

Lieu : Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C13, au 1er étage du bâtiment C.

Présentation

Les débats éthiques actuels sur la défaillance de la finance et sur la nécessité de la refondation d’une finance « davantage éthique » sont marqués du sceau du positivisme, une philosophie de la science qui permet aux scientifiques de ne pas être responsables de leurs modèles. La raison en est que, du point de vue positiviste, la science est éthiquement neutre : dans une épistémologie positiviste, les équipements scientifiques (modèles, instruments, techniques, etc.) ne sont pas chargés de contenus éthiques. La position épistémologique positiviste fait reposer sur le seul usage de l’outil scientifique sa qualification ou disqualification éthique selon que cet usage se conforme ou non à des valeurs estimées « bonnes ». Ces valeurs tombent du ciel, par exemple le ciel religieux, le ciel humaniste, etc. D’où une éthique qu’on qualifie d’éthique de surplomb : de haut en bas. Puisque les « valeurs»  doivent venir conformer les comportements des acteurs dans le sens d’une visée bonne, le positivisme fait ainsi porter aux utilisateurs les impacts sociétaux des modélisations (ici les modèles financiers) : seuls les mauvais usages des modèles seraient à l’origine de conséquences négatives pour la société. Pour le positivisme, l’éthique et la finance sont deux disciplines pensées selon un rapport d’extériorité.

L’approche « socio-logique»  de la modélisation (écrit en deux mots selon le jeu de mots issu de la traduction française de l’ouvrage (1976, trad. fr. 1983) de David Bloor, Socio-logie de la logique ou les limites de l’épistémologie) indique précisément le contraire : la technoscience (ici la modélisation financière) construit un monde dans lequel les formules mathématiques ont des conséquences sociétales importantes. Aussi, du point de vue des enjeux sociétaux, l’analyse socio-logique de la théorie financière fait apparaître les limites de l’approche éthique de surplomb. La technologie issue de la théorie financière résiste aux valeurs avec lesquelles on cherche à modifier les comportements des professionnels. Peut-être même contient-elle d’autres valeurs qui seraient contraires aux valeurs de surplomb. Une épistémologie non positiviste complétée par une sociologie des sciences peut dépasser l’approche qui juxtapose éthique et finance dans une relation de face à face. La performativité des modèles financiers (dans le sens vu au cours du séminaire) doit donc conduire à examiner les aspects académiques des modèles (outils cognitifs, lois, etc.), mais aussi technologiques, sociaux (dispositifs de mesure, régulation, institutions) et politiques.

L’abandon du positivisme a une conséquence pratique directe pour la société : la réappropriation de problématiques techniques par le débat public. Or aujourd’hui, que constate-t-on ? Alors que des technologies font l’objet d’examens critiques (OGM, thérapies géniques, etc.), les hypothèses de modélisation de la finance mathématique sont en général évacuées des débats publics. Pourtant, les objets techniques (ici les formules mathématiques de la finance) « ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs d’organisation des relations des hommes entre eux et avec leur environnement » (Akrich, 1987). C’est la raison pour laquelle la déontologie et les valeurs de surplomb ne sont pas suffisantes pour pouvoir débattre des enjeux de la finance aujourd’hui : l’éthique financière doit prendre en compte la scénarisation du monde par des formules qui le changent (voir séance du 16 mai : ici), c’est-à-dire la dimension politique des modèles mathématiques de la technologie financière. C’est le « tournant performatif » de l’éthique de la finance (Walter, 2012). D’où l’importance de pouvoir débattre publiquement de ces théories (Leclerc-Olive, 2010) dans une démocratie technique (Barthe, Callon et Lascoumes, 2001).

 

Références

Madeleine Akrich, « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et cultures, vol. 9, 1987, p. 49-64.

Yannick Barthe, Michel Callon et Pierre Lascoumes, Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001.

Michèle Leclerc-Olive, La crise financière a-t-elle quelque chose à dire aux sciences sociales ? De l’expertise à l’espace public : propositions pour une enquête partagée, document de travail, EHESS, 2010. Disponible sur le site de la Chaire Ethique et Finance ici.

Christian Walter, « Ethique et finance : le tournant performatif », Transversalités, 124, oct-déc, p. 29-42. Disponible sur CAIRN ici.

 

Au-delà du cygne noir : des formules qui changent le monde

 

La séance du séminaire du jeudi 16 mai (17h – 19h) porte sur le thème :

“ Au-delà du cygne noir : des formules qui changent le monde”

Lieu : Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C15, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenant : Elie Ayache, président fondateur de la société Itô 33 et auteur de l’ouvrage :

The blank swan. The end of probability

blankswan

La couverture de l’ouvrage d’Élie Ayache nous suggère que c’est l’écriture (ici, une écriture de modèles mathématiques comme par exemple le modèle d’options de Black, Scholes et Merton) qui produit des « cygnes » (blancs ou noirs) en scénarisant l’environnement professionnel par des scripts techniques qui définissent des rôles aux « acteurs » (dans le double sens sociologique et théâtral) que sont les professionnels des marchés. Les cygnes noirs n’ont pas d’existence exogène : ainsi l’approche probabiliste – qui se fonde sur cette exogénéité – porte à vide (blank). L’écriture d’un signe (un cygne) par un script signifie donc la fin de l’usage des probabilités puisque les acteurs (dans le double sens sociologique et théâtral) participent aux « probabilités » qu’ils croient mesurer. Les « cygnes » apparaissent comme des signes de la scénarisation opérée par les formules mathématiques sur les opérateurs de marché. Le marché ne peut plus être pensé en dehors des opérateurs qui le constituent : en cela, les formules mathématiques changent le monde professionnel.

Comme toute analyse d’écriture, il importe ensuite d’étudier comment cette scénarisation se traduit dans les pratiques professionnelles, quelles sont ses différentes traductions selon les acteurs et leur réseau relationnel. Cette étude est l’objet de la sociologie de la traduction.

Christian Walter

Sociologie de la traduction, éthique et politique

Dans un article fondateur publié en 1986 dans L’Année sociologique et intitulé « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », Michel Callon forge la notion de « sociologie de la traduction » : un « mécanisme par lequel un monde social et naturel se met progressivement en forme et se stabilise pour aboutir, si elle réussit, à une situation dans laquelle certaines entités arrachent à d’autres, quelles mettent en forme, des aveux qui demeurent vrais aussi longtemps qu’ils demeurent incontestés ».  Les textes principaux issus de courant de recherche ont récemment fait l’objet d’une réédition (ici).

L’un des aspects important de cette nouvelle sociologie des sciences est de faire apparaître comment les objets techniques scénarisent leur environnement et définissent des rôles aux « acteurs » qui les utilisent. Ainsi, les objets techniques, comme les formules mathématiques de la finance, changent le monde. Les travaux de Madeleine Akrich (Centre de sociologie de l’École des Mines de Paris) sont relatifs à l’étude de ce changement et cherchent à examiner les scripts contenus dans les objets techniques.

Du point de vue éthique, l’élément décisif de cette approche est de quitter le positivisme qui permet aux scientifiques de ne pas être responsables de leurs modèles. Les objets techniques (ici les formules mathématiques de la finance) « ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs d’organisation des relations des hommes entre eux et avec leur environnement. » (Akrich, 1987, « Comment décrire les objets techniques ? », disponible sur HALSHS). C’est la raison pour laquelle la déontologie et les valeurs de surplomb ne sont pas suffisantes pour pouvoir débattre des enjeux de la finance aujourd’hui : l’éthique financière doit prendre en compte la scénarisation du monde par des formules qui le changent, c’est-à-dire la dimension politique des modèles mathématiques de la technologie financière. C’est le « tournant performatif » de l’éthique de la finance (Walter, 2012, disponible sur CAIRN ici).

Autour du thème

L’ouvrage de Elie Ayache : The blank swan. The end of probability,Wiley, 2010.

Théorie du cygne noir

L’ouvrage de Nassim Taleb sur la théorie du cygne noir (Wikipedia) : The Black Swan: The Impact of the Highly Improbable, New York, Random House, 2007.

Une critique du film Black Swan de Darren Aronofski (2010) dans la perspective du cygne noir.

Les enjeux politiques des choix techniques

L’ouvrage de Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe : Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil (collection « La couleur des idées »), 2001. Une analyse disponible dans Persée (ici).

L’ouvrage de Dominique Pestre : A contre-science. Politiques et savoirs des sociétés contemporaines, Paris, Le Seuil (collection « La couleur des idées »), 2012. Un commentaire dans Le Monde diplomatique (ici) et une interview sur France Culture (ici).

 

Gouvernance économique et production de vérité

La séance du séminaire du jeudi 25 avril (17h – 19h) porte sur le thème :

“ Gouvernance économique et production de vérité : la solution de Lucas (1972) et le renouvellement de la pensée libérale”

Lieu : Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C15, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenant : Yaël Dosquet, docteur EHESS.

 

Résumé de la thèse de Yaël Dosquet :

 

La gouvernementalité de la nouvelle économie classique

La macroéconomie keynésienne s’est refondue dans la théorie néoclassique. En 1972, Robert Lucas initie en fait la recomposition d’une macroéconomie proprement néoclassique avec l’apport d’une théorie des cycles à l’équilibre d’anticipations rationnelles. Si cet évènement épistémologique est largement reconnu, pourtant aucune épistémologie ne l’explique de manière satisfaisante. Ainsi le propos de cette thèse vise à montrer une composition cohérente du problème du succès épistémologique interne et externe de cette théorie. Elle résulte d’une approche bivalente, d’une part à l’aune de la stratégie théorique mobilisée : l’escalade sémantique (Quine), et d’autre part, resituée dans la généalogie d’un problème silencieusement constitutif de l’économie politique comme discipline : le problème de la gouvernementalité (Foucault), qui pose la question de savoir comment, à travers l’histoire, les hommes se gouvernent par la production de vérité. C’est que dans les années 70 la pratique gouvernementale était alors manifestement en crise, et le modèle de Lucas fut le seul à proposer une solution fiable à ce problème. Ainsi cette nouvelle économie classique, qui forge le renouvellement de la pensée libérale, opère une escalade sémantique de l’économie politique dans trois perspectives constitutives du problème du gouvernement par la vérité : par un réaménagement du processus de subjectivation, par une recomposition du régime standard de formalisation, et par une mise en abîme stratégique du diagramme d’exercice du pouvoir. Ce renouvellement analytique du problème du gouvernement par la production de vérité peut, en bref, être qualifié de révolution cognitive de l’économie politique.

 

Le débat sur l’usure au tournant du XVIIIe siècle (1660-1702)

La séance du séminaire du lundi 4 février (17h – 19h) porte sur le thème :

“ Un moment du débat sur l’usure : Louis XIV et la question des rentes viagères”

Lieu : Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C14, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenant : Pierre-Charles Pradier, Department of Economics, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne & associate director, Ecole Nationale d’Assurances (CNAM / M&S / EFAB).

 

Résumé de l’intervention :

 

Les rentes viagères du Grand Roi : de la condamnation de l’usure au désir de contribuer à la satisfaction des rentiers

Le règne personnel de Louis XIV s’ouvre par un édit vitupérant « ceux qui, s’étant dépouillés de tout sentiment d’affection pour leurs parens et familles, ne considérant que leur satisfaction particulière, et ne cherchant que les aises et les commodités de la vie » aliènent leur héritage à fonds perdu pour se constituer des rentes viagères usuraires. Trente ans plus tard, le monarque « désirant contribuer à leur satisfaction, & leur faciliter le moyen d’employer utilement leur deniers, & de se procurer un revenu seur & considérable le reste de leur vie » engage l’Etat dans l’émission d’emprunts viagers. Les historiens économistes se sont interrogés depuis longtemps sur la conversion de la monarchie, qui empruntait jusqu’aux années 1700 en rentes perpétuelles, à l’émission d’emprunts contingents ruineux : l’importance financière du phénomène apparaît au cours du siècle des Lumières et semble entraîner la monarchie vers l’abîme.

Ce basculement n’aurait pas été possible sans un travail idéologique entièrement mené sous le règne du soleil se « mouvans, de [sa] certaine science, pleine puissance & autorité Royale. » La lecture des édits sur les rentes de 1661 à 1702 et de quelques arrêts significatifs du Parlement montre la maturation d’une pensée qui accepte progressivement le dépassement du taux de l’usure puis la dépréciation du capital des familles : une espèce de révolution financière qui n’est pas sans rappeler la conversion des années Mitterrand. Il ne faudrait cependant pas prendre pour argent comptant ces textes qui visent à « faire croire ». En complétant ces déclarations par ce qu’on tient pour sûr des travaux de Katia Béguin [2012a] sur les rentes sur l’Hôtel-de-Ville de Paris et sur les rentes viagères de l’Hôtel-Dieu (Pradier [2011]), on est tenté de penser que les dérogations aux lois sur l’usure si libéralement accordées ne mettent pas seulement l’âme du monarque à prix d’or : elles visent aussi l’achat d’une paix intérieure en laissant les corps intermédiaires gérer la dette de long terme (Béguin [2012b]) afin de préserver l’ordre perpétuel des rentes.

Bibliographie

Béguin Katia [2012a], Financer la guerre au XVIIe siècle. La dette publique et les rentiers de l’absolutisme, Champ Vallon, 2012.

Béguin Katia [2012b], « Les rentes des États de Bourgogne à l’époque moderne. Les fondements politiques et sociaux de la crédibilité d‘un instrument financier commun », à paraître, Annales de Bourgogne.

Pradier Pierre-Charles [2011], « Les bénéfices terrestres de la charité : Les rentes viagères des hôpitaux parisiens 1660-1690 », Histoire & Mesure, 2011, XXVI-2, p. 31-76.

La responsabilité sociétale des agences de notation

La séance du séminaire du jeudi 13 décembre (17h – 19h) porte sur le thème suivant:

“ La responsabilité sociétale des agences de notation”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C14, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenant: Norbert Gaillard, économiste, consultant indépendant et docteur en économie. Sa thèse, rédigée à Sciences Po Paris et à l’université de Princeton, portait sur les méthodologies de notation souveraine. Il a été consultant pour l’International Finance Corporation (IFC), l’État de Sonora (Mexique), l’OCDE et l’est actuellement pour la Banque mondiale. Il est également l’auteur de deux ouvrages: Les agences de notation (La Découverte, 2010) et  A Century of Sovereign Ratings (Springer, 2011).

Pour vous inscrire, cliquer ici.

Quelques informations complémentaires sur le même thème:

Interview de Norbert Gaillard sur jolpress.com: cliquer ici.

Interview de Norbert Gaillard sur France 24: cliquer ici.

Débat sur les agences de notation avec Norbert Gaillard sur France Inter: ici.

 

Autour du pouvoir des experts : la martingalisation comme norme

La séance du séminaire du jeudi 08 novembre (17h – 19h) porte sur le thème suivant:

“ Autour du pouvoir des experts : la martingalisation comme norme. ”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C32, au 3ème étage du bâtiment C.

Intervenant: Christian Walter.

Pour vous inscrire, cliquer ici.

Quelques lectures complémentaires sur le même thème: cliquer ici.

Ethique et politique à la lumière du pragmatisme des années 1920

La première séance du séminaire aura lieu le jeudi 04 octobre  (17h – 19h) sur le thème suivant: 

“ Ethique et politique à la lumière du pragmatisme des années 1920. ”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C15, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenante : Michèle Leclerc-Olive.

Pour vous inscrire, cliquer ici.

Crises financières, incertitude radicale et probabilités

La prochaine séance du séminaire aura lieu le jeudi 07 juin  (17h – 19h) sur le thème suivant : “Incertitude radicale vs probabilités: pourquoi sommes-nous toujours surpris par les crises ? ”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (21 rue d’Assas – 75006 Paris), salle B 08, au rez-de-chaussée du bâtiment B, entrée libre.

Intervenant : Jacques Sapir, économiste, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, directeur du Centre d’Études des Modes d’Industrialisation (CEMI-EHESS) et Professeur associé au Collège d’économie de Moscou (MSE-MGU).

 

 

 

Résumé de l’intervention de Jacques Sapir :

L’incertitude radicale, l’événement discret, caractérisent les crises. Ces notions mettent à mal l’usage des méthodes probabilistes. On peut de ce point de vue faire une distinction entre « période normale » et « période de crise » qui serait fondée sur la multiplication du risque d’événements discrets. Cependant, on peut aussi se demander si l’incertitude radicale et l’événement discret ne caractérisent pas les actions humaines. De ce point de vue, la distinction entre période « normale » ou « anormale » serait à remettre en cause. De fait, une comparaison entre la logique de la stratégie militaire et les logiques financières pourrait s’av’rer intéressante en ceci que dans le domaine militaire comme dans le domaine financier on fait un grand usage des probabilités, mais que l’on rencontre la catastrophe dès que l’on s’y abandonne.

 

Quelques lectures complémentaires :

Dernier ouvrage paru : Faut-il sortir de l’euro ?, Seuil, 2012.

Un article de Jacques Sapir sur le même thème disponible en ligne sur le site Marianne2.fr : cliquer ici.

“Une décade prodigieuse. La crise financière entre temps court et temps long”, un texte de Jacques Sapir disponible en ligne sur le site Revues.org : cliquer ici.

Tous les articles de Jacques Sapir en ligne sur le site Cairn.info : cliquer ici.

Réécouter cette séance:

Finance conventionnelle et finance islamique : une épistémologie commune ?

La prochaine séance du séminaire aura lieu jeudi 10 mai  (17h – 19h) sur le thème suivant :
“Finance conventionnelle et finance islamique : une épistémologie commune ?”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (21 rue d’Assas – 75006 Paris), salle B 08, au rez-de-chaussée du bâtiment B. Entrée libre.

Intervenants : Michèle Leclerc-Olive, IRIS-CNRS / EHESS et Dhafer Saïdane, Maître de conférences HDR à l’Université Lille 3, auteur de La finance islamique à l’heure de la mondialisation, Editions de la Revue Banque, 2009.

Quelques lectures complémentaires :

“Le pouvoir des banques sur le marché du crédit : essai de comparaison internationale”, un texte de Dhafer Saïdane disponible en ligne sur le site Persée : cliquer ici.

Tous les articles de Dhafer Saïdane sur Persée : cliquer ici.

Réécouter l’enregistrement audio du séminaire du 3 mai 2011 avec Michèle Leclerc-Olive et Sylvain Piron (EHESS, CRH-GAS) sur le thème « Finance chrétienne et finance musulmane »: cliquer ici.

Réécouter cette séance:

 

 

Normativité de la gestion et éthique financière

La prochaine séance du séminaire aura lieu le jeudi 05 avril (17h – 19h) sur le thème suivant :
“Au nom de la norme. Une analyse des dispositifs de gestion”. Lieu: Institut Catholique de Paris, 21 rue d’Assas, 75006, salle B 25 (2ème étage bâtiment B).

Intervenante : Valérie Boussard, chercheur au CNRS, professeur de sociologie à l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense,  auteur de  Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Belin, 2008.

Compte-rendu du livre de Valérie Boussard par Thomas Blanchet (Doctorant au département de sciences économiques, Freie Universität Berlin) disponible en ligne sur le site revues.org.

Quelques lectures complémentaires :

Valérie Boussard (sld), Au nom de la norme. Les dispositifs de gestion entre normes organisationnelles et normes professionnelles, L’Harmattan, 2006.

“Au nom de la norme : gouvernance et outils de gestion ”, un texte de Valérie Boussard disponible en ligne sur le site Cairn.info : cliquer ici.

 Réécouter cette séance:

Neuroéconomie et neuroéthique

La prochaine séance du séminaire aura lieu jeudi 1er mars (17h-19h) sur le thème des relations entre neuroéconomie et neuroéthique. Lieu: Institut Catholique de Paris, 21 rue d’Assas, 75006, salle B08 (rdc bâtiment B).

Intervenant : Christian Schmidt, professeur à l’université de Paris-Dauphine, auteur de Neuroéconomie, Odile Jacob, 2009. Titre de l’intervention : « Vers les fondements naturels d’une éthique économique et financière ».

Compte-rendu du livre de Christian Schmidt par Nicolas Vallois (Centre d’économie de la Sorbonne) disponible en ligne à la page internet weboeconomia.

Quelques lectures complémentaires :

« La neuroéconomie en question », un texte de Christian Schmidt sur la neuroéconomie, disponible en ligne sur le site du Centre de recherche en gestion de l’Ecole polytechnique : cliquer ici.

« La neuroéconomie peut-elle changer l’économie », un texte de Sacha Bourgeois-Gironde disponible en ligne sur le site de l’Institut Jean Nicod : cliquer ici.

« La constitution d’un nouveau domaine de savoir : la neuroéconomie », un texte de Nicolas Vallois disponible en ligne sur le site du Centre d’économie de la Sorbonne : cliquer ici.

L’ouvrage de Vanessa Nurock, Sommes-nous naturellement moraux ? (PUF, 2011), aborde la question de la naturalisation de la morale.

 Réécouter cette séance:

 

Les sorcières de l’économie

Aux origines structurelles de la crise actuelle

La prochaine séance du séminaire « Finance, éthique et société » se déroulera le jeudi 5 janvier 2012 à 17h en salle B08 de l’Institut catholique de Paris et sera animée par Hubert Rodarie (1), directeur général délégué de la SMABTP.

Continuer la lecture de Les sorcières de l’économie

Paul Jorion : « Aider les financiers à être vertueux »

Affiche 1er décembre 2011 Paul JorionLa  prochaine séance du séminaire “Finance, Éthique et Société” se tiendra jeudi 1er décembre 2011  à 17 h en salle J32 à l’Institut Catholique de Paris.

Elle aura pour invitée Paul Jorion, docteur en Sciences sociales et chroniqueur (Monde-Economie), qui a récemment publié Le Prix (Ed. du Croquant, 2010) et Le Capitalisme à l’agonie (Fayard, 2011).

Pour son exposé, Paul Jorion s’appuiera sur son article « Aider les financiers à être vertueux« , paru dans la revue Le Débat, n°166 (sep.-oct.2011) : Paul Jorion y expliquait que les financiers n’ont pas encore pris conscience du bénéfice qu’il y aurait à ce qu’ils acceptent un cadre institutionnel leur permettant d’être vertueux sans faire automatiquement faillite.

Pour voir l’annonce de Paul Jorion sur son blog, cliquez ici.

ATTENTION : Exceptionnellement cette séance se déroulera dans le bâtiment J de l’Institut catholique de Paris :

Salle J32

Bâtiment J (3e étage)

26 rue d’Assas (En face du 21)

75006 Paris

Aider les financiers à être vertueux

Vous pouvez désormais visionner la séance du séminaire « Finance, éthique et société », organisée par la Chaire et animée par Paul Jorion ( 1er /12/ 2011, Institut Catholique de Paris). Continuer la lecture de Paul Jorion : « Aider les financiers à être vertueux »

L’innovation responsable en finance

La conférence débat « Debating Responsible Innovation in Finance » organisée à Mines ParisTech le 30 novembre 2011 rassemblera des professionnels de l’industrie financière, des responsables des instances de régulation, des représentants politiques et des chercheurs pour débattre sur plusieurs aspects de la question de la responsabilité et l’irresponsabilité en innovation financière. Continuer la lecture de L’innovation responsable en finance