Jules Regnault et la morale de la finance

La séance d’ouverture du séminaire « Finance, éthique et société » se tiendra jeudi 6 octobre à 17h en salle B08 à l’Institut Catholique de Paris.

Elle aura pour invité, Franck Jovanovic (TELUQ-UQAM), qui a choisi de nous parler de morale et de finance à travers l’exemple de Jules Regnault.

Cette séance exposera la manière dont le développement des marchés financiers en France au XIXe siècle a donné naissance à la théorie financière moderne. Nous montrons, entre autres, que le modèle de marche aléatoire symétrique avec une distribution normale, construit en 1863 par Jules Regnault et affiné en 1900 par Louis Bachelier, a été introduit à l’origine pour répondre à une question morale. Ainsi, historiquement, le choix de la distribution normale comme celui du modèle de marche aléatoire symétrique relèvent avant tout de préoccupations éthiques et non de considérations pratiques ou empiriques.
Si depuis les travaux de Fama à partir du milieu des années 1960 (travaux qui ont donné naissance à la théorie de l’efficience informationnelle des marchés financiers ainsi qu’à l’économie financière), le choix de cette hypothèse est présenté comme un problème informationnel, nous suggérons cependant que le XIXe a laissé certaines traces dans nos représentations scientifiques des marchés financiers.

Télécharger deux articles de Franck Jovanovic :

– Éléments biographiques inédits sur Jules Regnault (1834-1894) pdf

Pourquoi l’hypothèse de marche aléatoire en théorie financière ? pdf

Le virus brownien dans la gestion long terme

Patrimonia au Centre de Congrès de Lyon (29-30/09/11)

CONFERENCE 3 – Vendredi matin – 30/09/2011 – 9h30 – Auditorium Lumière

Le poids de la dette des pays européens adossé à une révision de la croissance à 2,25% en 2012 et au maintien du déficit public à 4,6% du PIB, replace « urgemment » la fiscalité au coeur des programmes politiques tout en évitant, encore, une convergence fiscale européenne tant attendue !

La fiscalité est-elle l’unique moyen d’équilibrer à court terme l’équation : croissance faible, marché de l’emploi atone, déficits publics et dettes abyssales ? Plusieurs modifications sur la fiscalité du patrimoine sont en cours : ISF, successions, taxation des non résidents et suppression du bouclier fiscal. En revanche concernant l’impôt sur le revenu, l’assurance vie, la taxation des dividendes et la taxation des plus-values, il n’y aura pas de changement sur l’année en cours.

Même si les pouvoirs publics semblent vouloir encourager et privilégier l’épargne longue afin de financer l’économie, les nouvelles contraintes réglementaires imposées aux investisseurs institutionnels vont à contre-sens des objectifs fixés.

Pour autant nous sommes face à un dilemme entre les besoins impératifs de stabiliser les investissements à long terme et celui de réduire l’impact budgétaire des niches fiscales censées favoriser l’investissement dans des secteurs économiques défavorisés.

Animatrice :

Anne LAVAUD, Rédactrice en Chef, L’Argus de l’Assurance 

Intervenants :

– Daniel GUTMANN, Professeur à l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, of-counsel CMS Bureau Francis Lefebvre

– Christian WALTER, Membre du conseil scientifique de l’Association française des marchés financiers (AMAFI)

Stéphanie AUFERIL, Associée Baker & Mackenzie, en charge de l’activité Wealth Management – Bureau de Paris

 En savoir plus sur le site de Patrimonia

Vers une approche pragmatique de l’innovation responsable en finance

Séminaire du 7 avril 2011 : Fabian Muniesa, Mines Paris Tech, et Marc Lenglet, European Business School.

Voir aussi la conférence débat « L’innovation responsable en finance » organisée aux MinesParisTech le 30 novembre 2011.

Documents à télécharger :

Finance chrétienne et finance musulmane

Séance du 3 mars 2011 : Michèle Leclerc-Olive (CNRS-EHESS, IRIS) et Sylvain Piron (EHESS, CRH-GAS)

  • Introduction par Michèle Leclerc-Olive :

Quelques réflexions introductives pour aborder la finance islamique contemporaine

  • Conférence de Sylvain Piron :

Periculum et Industria : les concepts fondamentaux de la finance chrétienne Continuer la lecture de Finance chrétienne et finance musulmane

Approche de l’éthique chez Commons

Séance du 2 décembre 2010 : Bruno Théret, Université Paris-Dauphine

L’ARGENT DE LA MONDIALISATION : EN QUOI POSE-T’IL DES PROBLEMES ETHIQUES ?  Un point de vue régulationniste commonsien

Document à télécharger :

Le Cahier de recherche 2011>02  : Cahier de recherche n°2 Brunot Théret

Résumé : Ce papier cherche à montrer que les problèmes éthiques que posent les pratiques monétaires et financières dans la mondialisation néolibérale ne sauraient être analysés à partir de la seule critique aristotélicienne d’une certaine chrématistique, l’accumulation d’argent comme fin en elle-même. Dans cette perspective, une première section présente une conception de l’éthique tirée de l’analyse qu’en a proposé dans l’entre-deux guerres J. R. Commons, un des fondateurs de l’économie institutionnelle. Une seconde section délimite la place de l’éthique dans une conception régulationniste de la monnaie qui caractérise l’argent comme une forme spécifique au capitalisme de monnaie, caractérisée par son usage en réserve de valeur (capital-argent). Enfin une dernière section examine les implications de ces approches quant à la relation problématique entre argent et éthique caractéristique de la période de mondialisation néolibérale.