Les mathématiques financières en débat

Conférence débat « Ethique et mathématiques financières » organisée par la Chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris (ICP) et la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) le mercredi 14 novembre 2012, 14h30 – 18h.

Lieu: Institut Catholique de Paris (21 rue d’Assas – 75006 Paris), salle B 20, 2ème étage du bâtiment B, entrée libre.

 

OBJECTIF

L’objectif de cette table ronde est de mettre en débat la question des mathématiques financières sous la double problématique épistémologique et éthique.

Cette conférence débat s’adresse à toute personne désireuse de réfléchir à la question des mathématiques financières et de leur impact social, spécialistes ou non spécialistes, chercheurs engagés dans différents champs disciplinaires. Il s’agit d’aborder la question des mathématiques financières, pour y insérer au bon endroit une problématique éthique qui dépasse les seules considérations déontologiques.

 

PROGRAMME

–  Jean-Philippe Bouchaud, Fondateur et président de Capital Fund Management, professeur à l’Ecole polytechnique, « Modélisations toxiques en économie et en finance: pourquoi les théories alternatives peinent à s’imposer »

–  Paul Jorion, titulaire de la Chaire Stewardship of Finance de la Vrije Universiteit Brussel

–  Sylvain Piron, maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), « Le risque et sa valeur selon les scolastiques ».

–  Christian Walter, professeur associé à l’IAE de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de la chaire Ethique et finance de l’Institut Catholique de Paris, « Ethique et finance : le tournant performatif »

 

PROBLÉMATIQUE

 1) 2008-2009 : les mathématiques financières en accusation

Il s’agit, dans ce colloque, de partir d’une constatation : dès le début de la crise financière, les modèles mathématiques de la finance ont été mis en cause. Parallèlement à cette accusation, les défenseurs des mathématiques financières n’ont cessé de répéter que les modèles n’étaient qu’un outil, un simple moyen d’intervention sur les marchés, et qu’ils ne pouvaient en aucun cas représenter une cause de cette crise. C’était seulement leur mauvais usage qui avait été la cause de la débâcle, et non la conception des modèles eux-mêmes. Les défenseurs des mathématiques financières disent : les modèles sont axiologiquement neutres. La neutralité axiologique des modèles en fait des serviteurs loyaux des intentions des acteurs : si celles-ci sont bonnes, tout ira bien dans le meilleur des mondes financiers possibles. Si celles-ci sont mauvaises, personne n’y peut rien et en tous cas pas leurs concepteurs. D’où la multiplication des codes de déontologie, dont il est remarquable de constater qu’ils n’ont aucun effet sur les modèles eux-mêmes.

2) 2010-2011 : une ligne de défense dangereuse qui utilise une épistémologie positiviste

L’un des objectifs du colloque est de mettre en question l’épistémologie de cette ligne de défense, en faisant apparaître qu’elle est non seulement fausse dans ses présupposés fondamentaux, mais de plus dangereuse, y compris pour ceux-là mêmes qui, par cette position intellectuelle, espéreraient sauver la pratique mathématique en finance. Elle est fausse car elle s’appuie sur une conception inexacte et dépassée du rapport entre modèle et monde concret. Elle est dangereuse car elle conduit à reporter sur les seuls usagers la garantie de fiabilité finale du système. Dire qu’un modèle mathématique en finance serait éthiquement neutre et que seul son mauvais usage serait à l’origine des problèmes rencontrés relève d’un positivisme datant la fin du XIXe siècle, une épistémologie dont on connaît aujourd’hui les limites. Cette ligne de défense des mathématiques financières ignore les travaux de recherche de la sociologie des sciences contemporaine, qui mettent en avant l’importance des dispositifs sociotechniques dans les représentations du monde et l’interaction entre hommes et outils. L’un des buts du colloque sera de s’interroger sur la question suivante : la réduction de l’éthique à la déontologie n’est-elle pas le corollaire de la réduction de la science au scientisme. Peut-on mettre en évidence un lien entre positivisme en mathématiques financières et déontologisme en éthique financière ?

3) 2012 : proposer une nouvelle épistémologie pour penser le rôle des mathématiques financières

Il s’agira alors de proposer une lecture différente de la relation entre mathématiques financières et pratiques professionnelles, qui prenne acte des apports de la sociologie des sciences contemporaine (Callon, Latour, Pestre). Les travaux récents des « science studies » appliqués à la finance (McKenzie, Muniesa) ont montré que les modèles mathématiques ne décrivent pas la finance professionnelle, mais la créent. Les outils scientifiques créent de nouvelles pratiques professionnelles, transformant la finance en filière scientifique et industrielle du risque (Armatte), une ingénierie dans le sens de la construction sociale des pratiques professionnelles par les mathématiques de la finance. Par exemple, le risque de crédit n’est pas modélisé par des mathématiques financières, il est – au sens propre – modelé par elles. Ce pouvoir démiurgique des mathématiques financières, leur mise en forme du monde, est une capacité que la sociologie des sciences appelle « performativité ». Un aspect très important de cette performativité est qu’elle n’est pas seulement technique, mais aussi cognitive : les mathématiques financières agissent aussi dans la doctrine des réglementations internationales, comme Bâle 3 pour les banques ou Solvabilité 2 pour les compagnies d’assurance, mises aux normes par une probabilisation de l’incertitude qui fait croire à l’absence de risque.

4) 2013 : l’éthique de la finance et les mathématiques financières

Il s’agira aussi de pousser la réflexion en direction de l’éthique financière, et d’examiner si c’est à cause de ce vide épistémologique que la finance professionnelle reste impénétrable au discours éthique. L’un des obstacles vient de la barrière technique créée par les mathématiques financières, le « coût d’entrée » de la discipline (Bourdieu). On se demandera alors quelles sont les conséquences de ce coût d’entrée : si ceux qui formulent des principes éthiques pour des agents moraux rationnels sont incapables de saisir les enjeux anthropologiques et sociaux des modélisations des mathématiques financières, leurs préconisations ne sont-elles pas vouées à rester inadaptées à leur objet ? Sans préjuger de la réponse, il serait profitable de poser la question suivante : chaque discours qui porte à vide ne témoigne-t-il pas de l’échec des élaborations éthiques tentées sans prendre en compte les contenus scientifiques des outillages techniques et mentaux des professionnels ? Ce qui plaide en faveur d’une déconstruction épistémologique des mathématiques financières, épistémologie dont la place se situerait au barycentre du triangle finance – science – éthique. Ce barycentre devenant un point d’Archimède permettant l’instauration de forums hybrides (Callon) qui ouvriraient les mathématiques financières au débat public d’une manière renouvelée.

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Armatte M., 2010, La science économique comme ingénierie. Quantification et modélisation, Presses des Mines, « Collection Sciences sociales ».

Bouchaud J.-P., « Economics needs a scientific revolution », Nature 455, 1181 (30 octobre 2008)

Bouleau N., 1998, Martingales et marchés financiers, Odile Jacob.

Bourdieu P., 2000, Les structures sociales de l’économie, Seuil, collection Liber.

El Karoui N., 2009, « Un moment de l’expérience probabiliste », Prisme, 17.

MacKenzie D., 2006, An Engine, Not a Camera. How Financial Models Shape Markets, MIT Press.

MacKenzie D., Muniesa F., Siu L. (eds.), 2008, Do Economists Make Markets? On the Performativity of Economics,PrincetonUniversity Press.

Piron S., 2012 Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, présentation, édition critique, traduction et commentaires, Les Belles-Lettres.

Walter C., 2008, « Finance, maths et humanités », Le Monde, « Débats », 19 septembre, p. 19.

Walter C., 2012, « Le pouvoir démiurgique des mathématiques financières », Libération, 22 mai, p. 20.

Walter C., Pracontal, M. de, 2009, Le virus B. Crise financière et mathématiques, Seuil.

Ethique et politique à la lumière du pragmatisme des années 1920

La première séance du séminaire aura lieu le jeudi 04 octobre  (17h – 19h) sur le thème suivant: 

“ Ethique et politique à la lumière du pragmatisme des années 1920. ”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (entrée au 24 rue Cassette – 75006 Paris), salle C15, au 1er étage du bâtiment C.

Intervenante : Michèle Leclerc-Olive.

Pour vous inscrire, cliquer ici.

Approche de l’éthique chez Commons

Séance du 2 décembre 2010 : Bruno Théret, Université Paris-Dauphine

L’ARGENT DE LA MONDIALISATION : EN QUOI POSE-T’IL DES PROBLEMES ETHIQUES ?  Un point de vue régulationniste commonsien

Document à télécharger :

Le Cahier de recherche 2011>02  : Cahier de recherche n°2 Brunot Théret

Résumé : Ce papier cherche à montrer que les problèmes éthiques que posent les pratiques monétaires et financières dans la mondialisation néolibérale ne sauraient être analysés à partir de la seule critique aristotélicienne d’une certaine chrématistique, l’accumulation d’argent comme fin en elle-même. Dans cette perspective, une première section présente une conception de l’éthique tirée de l’analyse qu’en a proposé dans l’entre-deux guerres J. R. Commons, un des fondateurs de l’économie institutionnelle. Une seconde section délimite la place de l’éthique dans une conception régulationniste de la monnaie qui caractérise l’argent comme une forme spécifique au capitalisme de monnaie, caractérisée par son usage en réserve de valeur (capital-argent). Enfin une dernière section examine les implications de ces approches quant à la relation problématique entre argent et éthique caractéristique de la période de mondialisation néolibérale.