Finance conventionnelle et finance islamique : une épistémologie commune ?

La prochaine séance du séminaire aura lieu jeudi 10 mai  (17h – 19h) sur le thème suivant :
“Finance conventionnelle et finance islamique : une épistémologie commune ?”

Elle se tiendra à l’Institut Catholique de Paris (21 rue d’Assas – 75006 Paris), salle B 08, au rez-de-chaussée du bâtiment B. Entrée libre.

Intervenants : Michèle Leclerc-Olive, IRIS-CNRS / EHESS et Dhafer Saïdane, Maître de conférences HDR à l’Université Lille 3, auteur de La finance islamique à l’heure de la mondialisation, Editions de la Revue Banque, 2009.

Quelques lectures complémentaires :

“Le pouvoir des banques sur le marché du crédit : essai de comparaison internationale”, un texte de Dhafer Saïdane disponible en ligne sur le site Persée : cliquer ici.

Tous les articles de Dhafer Saïdane sur Persée : cliquer ici.

Réécouter l’enregistrement audio du séminaire du 3 mai 2011 avec Michèle Leclerc-Olive et Sylvain Piron (EHESS, CRH-GAS) sur le thème « Finance chrétienne et finance musulmane »: cliquer ici.

Réécouter cette séance:

 

 

Approche de l’éthique chez Commons

Séance du 2 décembre 2010 : Bruno Théret, Université Paris-Dauphine

L’ARGENT DE LA MONDIALISATION : EN QUOI POSE-T’IL DES PROBLEMES ETHIQUES ?  Un point de vue régulationniste commonsien

Document à télécharger :

Le Cahier de recherche 2011>02  : Cahier de recherche n°2 Brunot Théret

Résumé : Ce papier cherche à montrer que les problèmes éthiques que posent les pratiques monétaires et financières dans la mondialisation néolibérale ne sauraient être analysés à partir de la seule critique aristotélicienne d’une certaine chrématistique, l’accumulation d’argent comme fin en elle-même. Dans cette perspective, une première section présente une conception de l’éthique tirée de l’analyse qu’en a proposé dans l’entre-deux guerres J. R. Commons, un des fondateurs de l’économie institutionnelle. Une seconde section délimite la place de l’éthique dans une conception régulationniste de la monnaie qui caractérise l’argent comme une forme spécifique au capitalisme de monnaie, caractérisée par son usage en réserve de valeur (capital-argent). Enfin une dernière section examine les implications de ces approches quant à la relation problématique entre argent et éthique caractéristique de la période de mondialisation néolibérale.